Publié le 12.06.2016

L’Or pour Ladycat powered by Spindrift racing, le Vermeil pour IMPLANTCENTRE Raffica 

  • 428 voiliers ont franchi la ligne d’arrivée du 78ème Bol d’Or Mirabaud, remporté samedi soir par le catamaran Ladycat powered by Spindrift racing, barré par Xavier Revil. Le monocoque hongrois Implantcentre Raffica a quant à lui définitivement remporté le trophée du Bol de Vermeil, décerné à l’équipage vainqueur à trois reprises en cinq ans.

    Du vent, des orages, du soleil et de la pluie, puis une longue nuit placide : le 78ème Bol d’Or Mirabaud s’est montré fidèle à lui-même, offrant aux 520 voiliers inscrits un éventail de conditions digne de la plus pure tradition du Léman.

    Ladycat powered by Spindrift racing, le catamaran Décision 35 de Dona Bertarelli, barré par Xavier Revil, a remporté la victoire de main de maître devant Alinghi (Ernesto Bertarelli) et Mobimo (Christian Wahl).
    Le départ de la course s’est déroulé sous un vent d’ouest modéré, qui a vu la flotte partir sous spinnaker, à belle vitesse. Si la première partie de la course s’est tenue dans des conditions nettement meilleures que prévu, les gros nuages noirs qui s’accumulaient sur les crêtes du Jura ont débordé sur le Grand-lac, sous forme de grain de pluie, au large de Saint Prex. Le vent n’a jamais été très fort - 15 noeuds au maximum - il a cependant permis à Alinghi de devancer Ladycat powered by Spindrift racing, en tête jusqu’alors, et de franchir la marque de mi-parcours, au Bouveret, avec trois minutes d’avance sur ce dernier. Lors du trajet retour, Ladycat powered by Spindrift racing est parvenu à bien gérer les conditions plus légères qu’à l’aller, pour prendre l’ascendant sur Alinghi.

    Xavier Revil, le barreur de Ladycat powered by Spindrift racing, décrit le moment clé de la course : « Je
    n’avais encore jamais fait ça, mais nous avons fait un faux empannage (ndlr changement d’amure) à l’initiative de notre tacticien Erwan Israel. Peu après Thonon : nous avons fait croire à Alinghi que nous allions empanner, mais nous avons en réalité poursuivi notre route. Ils ont empanné, ce qui nous a permis de rester dans une zone que nous pensions plus ventée, ce qui s’est avéré exact! »

    Le catamaran or et noir de Dona Bertarelli, grand dominateur du circuit des Décision 35 depuis le début de la saison, n’a plus été inquiété. Il a finalement franchi la ligne d’arrivée à 18 h 31’ 10’’, avec quatre minutes d’avance sur Alinghi et seize sur Mobimo. « Je suis très fier qu’ils aient gagné cette course mythique», a déclaré Dona Bertarelli (qui n’était pas à bord) au terme de la course. « Toute l’équipe a très bien navigué. C’était une course qui a été bien menée tactiquement et sportivement du début à la fin. Leur victoire est méritée. »

    « Un grand coup de chapeau à tous les concurrents qui ont participé à cette splendide édition du Bol d’Or Mirabaud. Ils ont rencontré toutes les conditions météo possibles et ont su ramener leurs bateaux à bon port, se réjouit Antonio Palma, Associé de Mirabaud. Nous sommes particulièrement fiers de l’excellente performance sportive et tactique du Ladycat powered by Spindrift et dont Mirabaud est le partenaire principal. L’équipage survole cette saison le D35 Trophy; c’est impressionnant, mais pas surprenant pour
    une écurie de voile aussi complémentaire et talentueuse que Spindrift. »

    Le catamaran M2 Degroof Petercam, barré par Fred Moura, a quant à lui remporté la catégorie des catamarans M2. « Je suis très heureux de cette victoire », raconte Fred Moura au terme de sa victoire. « Nous avons engagé un duel d’empannages avec Swiss Medical Network. A un certain moment, nous avons dû faire un pari stratégique, qui a porté ses fruits. Notre équipe est formidable, et il y a une excellente dynamique de groupe à bord de Degroof Petercam. »

    L’un des exploits les plus poignants de ce Bol d’Or Mirabaud est la victoire du petit catamaran C1 Eagle 20XXL mené par Robin Maeder et Félicien Ischer, vainqueur de sa catégorie en 15 h 28 de course. Il faut imaginer la navigation à bord de ce petit multicoque, trempé des pieds à la tête, à la merci des grains de pluie et des orages, durant une si longue durée : un réel exploit.

    Dans la catégorie des monocoques, le Libera hongrois Implant Centre Raffica, du hongrois Kiraly Zsolt, a définitivement remporté le trophée du Bol de Vermeil, promis à l’équipage qui remportera la victoire trois fois en cinq ans. Jean Psarofaghis et son Syz & Co ont une nouvelle fois prouvé leur maîtrise des subtilités du Léman en obtenant la deuxième place de la classe TCFX et en terminant premier des monocoques du Léman, devant le Psaros 40 autrichien TBS (François Thorens ). Kiraly Zsolt a commenté cette victoire marquante de son équipe : « Lorsque nous sommes venus ici pour la première fois en 2012, nous avons remporté la victoire. Nous nous sommes alors fixés un objectif ambitieux : remporter définitivement le Bol de Vermeil. C’est aujourd’hui chose faite et nous sommes très fiers de cet aboutissement. Mais nous n’allons pas nous arrêter là : nous adorons naviguer ici sur le Léman et nous reviendrons, dès l’an prochain. Nous nous réjouissons déjà. »

    Le challenge ACVL-SRS, qui récompense le voilier le plus méritant au temps compensé toutes classes confondues (TCF1 à 4, SU et GS) a été remporté par le Luthi F10 Triumvirat barré Yves Tournier, devant le vainqueur de l’édition 2015, Ardizio, barré par Dominique Wavre, et Zooloo skippé par Claude Laval.
    Dans la classe des Surprise, la plus représentée de la compétition avec 120 concurrents, Grenwatt.ch mené par Franck Reinhardt après 19h21 en course. Le podium de ces monotypes est complété par Skyrim (Nicolas Fabre) et par le vainqueur de l’an dernier, Damien Mermoud. Soulignons la belle performance de Peps, barré par Sandrine Weber, qui a mené le bal une bonne partie de la course !

    Au-delà de ces faits d’armes mémorables, Rodolphe Gautier, président du Comité d’Organisation, se réjouit que « le Bol d’Or Mirabaud 2016 ait été le cadre de nombreux exploits individuels mémorables. La persévérance de tous les concurrents qui, ont affronté tous types de conditions, est justement récompensée. Bravo à eux !».

    L’équipage de Ladycat powered by Spindrift racing
    • Xavier Revil (barreur)
    • Erwan Israel (tacticien)
    • Fred Moreau
    • Jacques Guichard
    • Malo Bessec
    • Benjamin Amiot


    Bol d’Or Mirabaud, classement final par classe

    M1
    1) Ladycat Powered by Spindrift racing
    2) Alinghi
    3) Mobimo

    M2
    1) Degroof Petercam Banque privée
    2) Swiss Medical Network
    3) Valruz Creation

    C1
    1) Eagle 20XXL
    2) Moleson Impressions
    3) Armen

    TCFX
    1) Implent Centre Raffica
    2) Syz & Co
    3) TBS

    Challenge ACVL-SRS
    1) Triumvirat
    2) Ardizio
    3) Zooloo

    Surprise
    1) greenwatt.ch
    2) Skyrim
    3) Pile ou Face

    Grand Surprise
    1) Mea Huna
    2) Takata
    3) Sibuya

    TCF1
    1) Triumvirat
    2) Aridizio
    3) Asst’Ko

    TCF2
    1) Eole 7
    2) Syneco
    3) Maki

    TCF3
    1) Super Josephine
    2) Bora
    3) Lof Machine

    TCF4
    1) Zooloo
    2) Noname
    3) Birkibi

     

Dernières actualités DU Bol D'OR Mirabaud

Top