Publié le 14.06.2015

Résumé du Bol d’Or Mirabaud 2015

  • Après une course haletante, à rebondissements, Team Tilt, remporte la 77ème édition du Bol d’Or Mirabaud, en 12h05’58’’, devant Alinghi, barré par Ernesto Bertarelli et Ladycat powered by Spindrift racing, barré par Dona Bertarelli.

    Chez les monocoques, Oyster Funds s’impose en 15h03’55’’ tandis que Pile ou face, barré par Damien Mermoud, s’impose en 23h27’24’’sur les 107 Surprise au départ. Dans la plupart des classes, les différences à l’arrivée étaient souvent très faibles. Grâce à la mise en place d’une stratégie multimédia, la régate a pu être suivie en direct, notamment l’arrivée au coude à coude des premiers. Cette édition a rassemblé plus de 2’500 participants avec 475 bateaux partants et dont le parrain était Bernard Stamm.

    Dix-huit petites secondes… Après plus de 12 heures de course, seules 18 petites secondes séparent le vainqueur de la 77ème édition du Bol d’Or Mirabaud, Team Tilt, de son dauphin Alinghi au terme d’une course passionnante qui a connu sept leaders différents. Le Léman n’a pas failli à sa réputation, livrant tout l’éventail des conditions possibles en termes de direction et de force de vent, avec des pointes à 25 nœuds, de l’orage, des éclairs, du soleil et des vents faibles en début de régate. Souvent aux avants postes, François Gabart, dernier vainqueur du Vendée Globe, a résumé ses impressions après sa première participation sur Okalys : « Le Bol d’Or Mirabaud, c’est génial ! J’ai été ravi de vivre cela », tout en félicitant Team Tilt pour sa magnifique performance.

    Démontrant une excellente maîtrise, Team Tilt a dû batailler jusqu’au dernier moment pour creuser l’écart avec Okalys, finalement 6ème et avec Alinghi revenu à sa hauteur en toute fin de régate. Dans la catégorie M2, c’est le bateau neuchâtelois Team Seven, barré par Bertrand Geiser qui s’impose en 12h31’32’’. Teamwork, barré par Nils Palmieri et Petercam, barré par Frédéric Moura, terminent respectivement à la seconde et la troisième place.

    Chez les monocoques, Oyster Funds, barré par Philippe Gay et avec huit équipiers à bord, s’impose en 15h03’55’’ avec quelques secondes d’écart devant Raïjin, barré par Philippe Bertherat. Psaros 40 – Axonproject.ch complète un magnifique podium. Oyster Funds remporte le Bol de Vermeil. «Après un départ en demi-teinte, nous avons petit à petit grignoté des places afin de nous mêler au peloton de tête. Nous avons bien négocié les passages délicats et anticipé le grain, mais avons toujours été sous la menace de Raijin » déclare l’un des barreurs André Darmon.

    Dominique Wavre, parrain de la 76ème édition du Bol d’Or Mirabaud, remporte sur Ardizio le challenge ACVL-SRS, trophée remis au meilleur monocoque en temps compensé.

    « Les vainqueurs des différentes catégories sont parmi les meilleurs spécialistes de leur série, et c’est donc logiquement qu’ils s’imposent dans des conditions aussi variées que celles offertes par cette 77ème édition. Bravo à eux !» a déclaré Rodolphe Gautier, Président du Comité d’Organisation du Bol d’Or Mirabaud. «C’est une satisfaction de voir le plaisir qu’ont eu tous les participants au cours du week-end, y compris ceux qui ont passé plus de 24 heures sur l’eau, et que j’aimerais saluer tout particulièrement.»

    « Cette 77ème édition du Bol d’Or Mirabaud a tenu toutes ses promesses avec des rebondissements jusqu’à la ligne d’arrivée», se réjouit Antonio Palma, Associé de Mirabaud. « La régate a couronné à la fois la fougue de la relève, avec les jeunes navigateurs de Team Tilt, et l’expérience de marins de renommée internationale. »

    Dans la classe des Surprise, très disputée avec une flotte de 107 bateaux au départ, c’est Pile ou face, mené par Damien Mermoud, qui s’impose après 23h27 de course, suivi de Greenwatt.ch, barré par Frank Reinhardt et Teo Jakob barré par Michel Glaus. Chez les Grand Surprise, Little Nemo II, barré par Bernard Borter, remporte la régate en 20h30’03’’ devant Mea Huna et Apsara.

    Dans la classe TCF1+2, Dominique Wavre, sur Ardizio, avec un temps de 19h49’01’’ (en temps compensés), remporte le challenge ACVL-SRS, trophée remis au bateau jaugé qui remporte la régate en temps compensé, toutes classes confondues. Pro Yachting prend la deuxième place et Yemanjá termine troisième. 74 bateaux étaient au départ de cette classe.

    Pour les TCF3, c’est Virus, barré par Régis Menetrey, qui l’emporte en 22h47’18’’ (en temps compensés) sur une flotte de 87 bateaux, devant Verbel-Poopy Express et D.I.HOME. Dans la classe des TCF4, soit 44 bateaux, 5ème Elément, barré par Alexandre Bodmer, s’empare de la 1ère place en 25h44’ 30’’ (en temps compensés), soit une arrivée à 12h21 à la Société Nautique de Genève.

    Mise en place depuis 4 ans, la stratégie Multimédia a pris une ampleur sans précédent cette année puisque 60’000 pages ont été vues sur la Plateforme LIVE et 14’000 connexions ont eu lieu sur les directs. L’arrivée y a été suivie par 1’000 personnes en simultané. Du côté de Twitter, le compte officiel @boldormirabaud a atteint 43’000 personnes, et sur Facebook 40’144 personnes ont vu le contenu publié en une seule journée, alors que 24’000 personnes avaient vu le contenu en une semaine en 2014.

    A la clôture de ce Bol d’Or Mirabaud, le dimanche 15 juin à 17 heures, 301 bateaux avaient franchi la ligne d’arrivée – 151 ayant abandonné la course et 23 hors temps sur un total de 475 partants. 10 nations différentes ont participé à cette régate, ce qui démontre que l’internationalisation est en marche.

Dernières actualités DU Bol D'OR Mirabaud

Top