Histoire

2010 - 2015 2000 - 2009 1990 - 1999 1980 - 1989 1970 - 1979 1960 - 1969 1950 - 1959 1940 - 1949 1930 - 1939
  • Pétole, coup de tabac dans le haut-lac puis calmasse sur le chemin du retour : un vrai Bol d’Or Mirabaud comme on les aime!

    Barré par Sébastien Schneiter, 19 ans, le Décision 35 Team Tilt remporte la victoire avec 18 secondes d’avance sur Alinghi et 1 minute 11 sur Ladycat powered by Spindrift Racing. Il est le plus jeune barreur de l’histoire à remporter le Bol d’Or. Team Seven remporte le classement des M2, tandis qu’Oyster Funds est le premier monocoque à franchir la ligne d’arrivée, devant le Psaros 33 Raijin. Le vainqueur en temps compensé (Trophée ACVL-SRS) est Ardizio Toitures.

    2015

    19 ans : l’âge de Sébastien Schneiter, plus jeune vainqueur du Bol d’Or Mirabaud

  • Un Bol d'Or Mirabaud sportif et rapide, disputé par une bise soutenue, avec des pointes à plus de 30 noeuds.

    Les records Monocoque, Grand-Surprise et M2 sont tombés. Après l'avoir gagné dans le petit temps en 2010, c'est Dona Bertarelli et Yann Guichard qui l’emportent dans la brise sur le Décision 35 Ladycat powered by Spindrift Racing. C'était l'édition à ne pas manquer! Le Trophée ACVL-SRS est remporté par Cyrus Golchan à bord du Surprise Mirabaud 1, tandis que Jean Psarofaghis s’adjuge le Bol de Vermeil à bord de Syz & Co.

    2014

    05:38:18 Nouveau record de la catégorie Décision 35 (Ladycat powered by Spindrift Racing, Dona Bertarelli)
    06:24:02 Nouveau record de la catégorie M2 (GSMN Genolier, Michel Vaucher)
    08:09:33 Nouveau record monocoque (Syz & Co, Jean Psarofaghis)
    09:51:04 Nouveau record de la catégorie Grand Surprise (Tix Way, Philippe Raphoz)

  • Un vent d'ouest qui se lève ponctuellement à 10h00, juste pour le départ, une flotte regroupée sous spi jusqu'à Evian.

    Des petits airs ensuite qui permettent au Ventilo Zenith Fresh de Jean-Philippe Bucher, barré par Christophe Péclard, de passer en tête au Bouveret, place qu'il défendra brillamment sur le retour face à l'armada des D35 qui doivent s'avouer vaincus lors de cette 75ème édition. Des airs suffisamment soutenus le dimanche pour permettre à la majorité des concurrents de bien terminer. Le Bol de Vermeil revient au Libera hongrois Raffica et le Trophée ACVL-SRS au Luthi 38.2 Canopus 3, de Philippe Mathey.

    2013

    Zenith Fresh Première victoire d’un Ventilo M1

  • Un départ mou, voire même très mou. Un vent d'ouest annoncé et qui se fait attendre.

    Dès le départ, le D35 Realstone s'échappe sur la côte suisse. Seul De Rahm prend le même train mais les jeunes du CER, brillamment menés par Jérôme Clerc, contrôlent la situation de bout en bout et s'imposent devant les ténors de la série! Un scénario très comparable à 2010. Le Bol de Vermeil revient au Libera hongrois Raffica.

    2012

    Première victoire d’un équipage composé exclusivement de jeunes.

  • Un départ sous spi et sous une pluie abondante.

    Des conditions généralement assez ventées par le passage d'un front, même très ventées au Bouveret pour les premiers. Victoire d'Alinghi d'Ernesto Bertarelli, qui succède à sa soeur, remportant sa première victoire en D35 dans le temps record pour cette série de 6h 25' et 50''. Mirabaud 1 d'Antonio Palma, barré par Cyrus Golchan, s'empare de la première place dans la classe la plus disputée, celle des Surprise. Le Bol de Vermeil revient à Syz & Co, barré par Jean Psarofaghis.

    2011

    6:25:50’ Nouveau record de la catégorie Décision 35 (Alinghi, Ernesto Bertarelli)

  • Dona Bertarelli s'impose dans des airs de demoiselles

    Première victoire d'un équipage majoritairement féminin, skippé par une femme: Dona Bertarelli. Le D35 Ladycat passe l'arrivée à 2h49 le dimanche matin. Le Ventilo M2 Safram, après avoir longuement navigué aux avant-postes, finit sur le podium, magnifique troisième derrière le D35 Banque Populaire. 183 bateaux sont arrivés avant la clôture. Le Bol de Vermeil revient au Psaros 40 Oyster Funds, de MM. Boaron / Delaye.

    2010

    Première victoire d'un équipage majoritairement féminin

  • Un record....de lenteur.

    Le premier arrivé, le D35 Foncia barré par Alain Gautier et Michel Desjoyeaux, franchit la ligne d'arrivée à 5h33 le dimanche, au lever du jour. Les premiers avaient perdu l'habitude de passer la nuit sur leur bateau ! Seuls 64 bateaux on rejoint l'arrivée à la SNG et 62 ont été classés sur la base de leur passage au Bouveret. Taillevent, de Nicolas Engel, remporte son troisième Bol de Vermeil.

    2009

    19:33:26 Record de lenteur en Décision 35 (Foncia, Alain Gautier)
    Seuls 64 voiliers ont rejoint la ligne d’arrivée
    10h00 la nouvelle heure officielle de départ

  • Franck Cammas met tout le monde d'accord

    Victoire du D35 "Zebra 7 - Girard-Perregaux", barré par Frank Cammas, suivi d'un surprenant Ventilo M2, "Parmigiani", barré par Michel Vaucher. Bol de Vermeil remporté par Oyster à MM. Delaye / Lambert.

    2008

    2ème: Meilleur résultat d’un catamaran M2 (Parmigiani, Michel Vaucher)

  • Loïck Peyron, nouveau roi du Léman

    Inauguration d'une deuxième ligne de départ pour les multicoques, avec bouée de dégagement pour imposer à ces derniers un parcours de longueur identique à celui des monocoques. Victoire au scratch du D35 Okalys, skippé par Loïck Peyron. Jean Psarofaghis remporte le Bol de Vermeil à la barre de Syz & Co.

    2007

    Mirabaud devient le sponsor-titre du Bol d'Or Mirabaud

  • Russell Coutts, une victoire qui fait des vagues

    Alors triple vainqueur de l’America’s Cup Russell Coutts remporte le Bol d’Or à la barre de « Banque Gonet ». Une victoire qui fait des vagues, Coutts étant alors empêtré dans un conflit pénible avec Alinghi. Tilt, d’Alex Schneiter et Patrick Firmenich, remporte définitivement le Bol de Vermeil après ses victoires acquises en 2002, 2004 et 2006.

    2006

    Tilt

    Bol de Vermeil attribué à Tilt (Alex Schneiter, Patrick Firmenich).
    34 multicoques de course au départ, qui partagent ainsi pour la dernière fois la même ligne que les monocoques

  • Loïck Peyron s'impose dans le petit temps, en 16h29’

    Le D35 Okalys, barré par Loïck Peyron, remporte le Bol d’Or en 16h29’. Première participation de la flotte des catamarans Ventilo M2, qui vient de naître. Le Psaros 40 Oyster remporte le Bol de Vermeil.

    2005

    Loïck Peyron

    Début du partenariat avec Mirabaud

  • Première participation et première victoire d’un catamaran Décision 35

    Team Red Zebra 5, barré par Etienne David, s'impose face à sept autres catamarans monotypes D35. Deuxième victoire en monocoques du Psaros 40 Tilt, barré par Alex Schneiter et Patrick Firmenich.

    2004

    Première participation d’un catamaran Décision 35

  • Quatrième victoire consécutive d’Alinghi « Le Black »

    Quatrième victoire consécutive d’Alinghi «The Black», quelques mois après la victoire d’Alinghi à l'America's Cup à Auckland. Grâce à ce succès, Alinghi se retrouve à égalité de victoires avec Happycalopse et Ylliam IV (dernière victoire en 1966); tous trois sont les deuxièmes voiliers les plus titrés de l’histoire du Bol d’Or derrière le 8 m JI Glana (nommé Marie-José II par la suite) et ses huit victoires. La flotte des grands multicoques lémaniques, archi-dominée par Ernesto Bertarelli, est décimée par un terrible coup de tabac, et désormais moribonde. Taillevent, de Nicolas Engel, est le premier monocoque à franchir la ligne d’arrivée.

    2003

  • Troisième victoire d'Alinghi en cinq ans

    Alinghi, d’Ernesto Bertarelli, remporte définitivement le troisième challenge Bol d’Or suite à ses victoires acquises en 1997 et 2000. Taillevent, barré par Nicolas Engel, remporte le Bol de Vermeil.

    2001

    Alinghi (Ernesto Bertarelli)

    Challenge Bol d’Or remporté par Alinghi (Ernesto Bertarelli)

  • Première victoire d’Alinghi « The Black »

    Dessiné par Sébastien Schmidt, ce catamaran est alors considéré comme le multicoque le plus puissant au monde.
    Bol de Vermeil remporté par Multilink-Relance, de Pascal Desplands.

    2000

    11:24:32 Record de la catégorie Grand Surprise (Wahoo, François Séchaud)

  • Quatrième victoire d’Happycalopse

    Barré par Philippe Cardis, le fameux trimaran, dessiné par l'Américain Gino Morelli et remis au goût du jour au fil des ans, s'impose en 10 h 52' 04''. 
    Le Libera BMS de Willy Sauter remporte le Bol de Vermeil.

    1999

  • Le Bol de Vermeil est attribué pour la première fois

    Décerné au monocoque qui remportera le Bol d'Or trois fois en cinq ans, le Bol de Vermeil est conquis par le Libera italien Raffica, de M. Valerio, déjà vainqueur en 1996 et 1997. Ylliam, de Pierre-Yves Firmenich, remporte la victoire au scratch.

    1998

  • Victoire du catamaran Khamsin, d’Alain Golaz, barré par Pierre Bonjour

    Première mise en jeu du Challenge Bol de Vermeil, qui récompense le premier monocoque franchissant la ligne d’arrivée. Comme pour le Challenge Bol d’Or, il doit être remporté trois fois en cinq ans pour être définitivement conservé. 

    1996

    Première mise en jeu du Bol de Vermeil, remporté par Raffica.

  • Le trimaran Happycalopse s’impose en 15h12’ 24’’

    Credit Suisse devient le premier partenaire titre du Bol d’Or; il le restera jusqu’en 1999.

    1995

  • Un record historique

    Puissante bise, record des multicoques et Ruban Bleu battus par Triga IV de Peter Leuenberger en 5h01’51’. Ernesto Bertarelli dispute son premier Bol d’Or à bord d'un multicoque compétitif, l'ex-Poseidon de Charles Pictet (acheté 1 franc contre la garantie qu'il navigue de façon compétitive). Il franchit la ligne d’arrivée à la troisième place, dans une position inconfortable…

    Record des monocoques battu par le Modulo 108 Corum, de Beat Siegfried en 8h45’40.
    Plus de 600 bateaux inscrits à la régate.

    1994

    5:01:51 Nouveau record absolu (Triga IV, Peter Leuenberger)

  • Victoire de Pierre-Yves Firmenich à bord du trimaran Ylliam

    Grâce à un vent d'ouest soutenu, Pierre-Yves Firmenich et son équipe améliorent le record de 40 minutes. 

    1993

    6:19:11 Le nouveau temps de référence (Ylliam, Pierre-Yves Firmenich)

  • Septième victoire de Philippe Stern

    Stern est, avec Philippe Durr, le marin le plus titré de l’histoire du Bol d’Or, avec sept victoires. Son catamaran, Altair XII, arbore à cette occasion un gréement standard, son fameux mât-aile ayant été détruit lors de la précédente édition. Participation d'Eric Tabarly.

    1992

  • Première participation d’un voilier doté d’un mât-aile, le catamaran Altair XII de Philippe Stern.

    Le gréement est détruit lors d’un terrible coup de vent. Happycalopse s’impose pour la seconde année consécutive.

    1991

  • Record de participation battu, avec pas moins de 684 concurrents inscrits.

    Un record qui reste à battre! Victoire du trimaran Happycalopse de Marc-Edouard Landolt, skippé par Philippe Cardis.

    1990

    Apparition des gennackers sur les grands multicoques lémaniques

  • Dennis Conner et son catamaran révolutionnaire Stars and Stripes – avec lequel il vient de remporter l’America’s Cup - franchissent la ligne d’arrivée en tête.

    Ils ne sont en revanche pas classés, le voilier étant trop grand par rapport à la jauge lémanique. La victoire revient au catamaran Le Matin, skippé par Edouard Kessi et Gérard Gautier. Starter officiel du Bol d’Or depuis la première édition en 1939, Vincent Varesio officie pour la dernière fois!

    1989

    6h 57’ 33’’ Nouveau temps de référence établi par Le Matin (Edouard Kessi, Gérard Gautier)

  • Le cap de 500 voiliers inscrits est franchi.

    Les navigateurs dits « populaires » sont désormais largement majoritaires; la voile en tant que sport poursuit sa démocratisation.

    1987

    500 concurrents

  • Nouveau record de vitesse en moins de huit heures et troisième victoire consécutive d’Altaïr XI

    Philippe Stern et ses équipiers s'imposent en 7h20’55’’. Le trimaran à foils ASL (photo) participe pour la première fois au Bol d'Or.

    1986

    Troisième victoire consécutive d’Altaïr XI.

  • Altaïr XI de Philippe Stern améliore son temps de course avec 8h37’14’’.

    A cette occasion, le catamaran arbore en première mondiale un gréement composite. 

    1985

    8:37:14 Record battu par Altaïr XI.

  • Altaïr XI, le catamaran de Philippe Stern remporte définitivement le deuxième challenge Bol d’Or avec une nouvelle victoire en 9h24’20’’.

    1984

    Première victoire d’un catamaran

  • Victoire d'un foiler et coup d'éclat d'un dériveur à échelles.

    Le trimaran Holy Smoke, de Albert Schiess, gagne grâce à des dérives dotées de foils qui lui permettent de s'envoler dans le Morget et de prendre le large. L’OPNI - Objet Planant Non Identifié - marque les esprits et franchit la marque du Bouveret en tête.

    1983

    Première victoire d’un voilier doté de foils

  • Le trimaran Altaïr X s’impose en battant le record établi 26 ans plus tôt, en 1956, par le 6mJI Ylliam IX.

    Les monocoques sont désormais relégués au second plan.

    1982

    8h40’01’’ Nouveau record de vitesse par Altaïr X de Philippe Stern

  • Zoé, la dernière victoire d'un monocoque

    L’Améthyste Zoé de Fernand Isabella remporte la victoire face à un nombre toujours plus important de multicoques.

    1981

    Dernière victoire d’un monocoque

  • Le trimaran Altaïr IX de Philippe Stern remporte la victoire en 15h27’06’’ après avoir dompté un coup de vent d’une rare violence, durant lequel le 6 m JI Valentina coule à pic au large d’Evian.

    André Mercier dessine l'une de ses fameuses cartes du Bol d’Or, devenues mythiques, comme il le fera chaque année jusqu’en 1983. Son dessin immortalise le coup de tabac!

    Copyright: Musée du Léman

    1980

    Première victoire d’un multicoque

  • Fin de règne pour les Toucans

    Victoire de l’Améthyste Zoé, de Fernand Isabella, qui met un terme à la domination des Toucans, vainqueurs des huit éditions précédentes

    1979

    Participation du premier multicoque de course, l'Oiseau Roc de Pierre Muskens

  • Première victoire du Roi Jean!

    Jean Psarofaghis s'impose à la barre du Toucan Psaros. C'est la dernière victoire d'un Toucan.

    1978

  • Victoire du Toucan Sansnom de Henri Breitenmoser

    Première participation d'un monotype Surprise, la classe aujourd'hui la plus nombreuse et disputée (plus de 100 bateaux au départ de nos jours).

    1976

    Première participation d'un monotype Surprise

  • Victoire du Toucan Sansouci, avec 6h20’ d’avance sur le deuxième: le record absolu en la matière.

    1973

    6h20’ L’avance du vainqueur sur le second

  • La participation augmente de 21%, avec pas moins de 390 voiliers sur la ligne de départ. Victoire du Toucan Samaoui de Daniel Girardet.

    1972

    390 concurrents

  • 200 bateaux enregistrés. Première victoire d’un Toucan

    Toucan XI de Marcel Stern, remporte la victoire. Photographié ici lors de la Croisière Eynard, Marcel Stern embarquait toujours une poule afin de disposer d'oeufs frais! Les Toucans remporteront les sept éditions suivantes du Bol d’Or.

    1971

    Première victoire d’un Toucan

  • Première victoire d’un navigateur étranger, le suédois Arne Tengblad à bord du 75m2 suédois Margot II.

    Sur la ligne de départ, sous une pluie battante, les 6,5m ont l'avantage!

    1970

  • Huitième et ultime victoire du 8 m JI Marie-José II, le voilier le plus titré de l’histoire du Bol d’Or.

    1969

  • Victoire du 6mJI Vega IV

    qui s’était déjà imposé… 23 ans plus tôt et qui détient le record de longévité d’un voilier vainqueur du Bol d’Or. Claude Bourquin et Michel Nerbolier franchissent la marque de mi-parcours en tête à bord de leur catamaran Tornado. Ils réalisent le premier tour du lac sans escales en multicoque. Ils terminent quatrième mais ne sont pas classés par le Comité de course de l’époque.

    1967

    Premier tour du Léman sans escale en multicoque

  • Première participation d’un catamaran

    Le Shark de Charles Pictet, mené en deux quarts (Charles et Bénédict Pictet jusqu’au Bouveret, Bernard Bourquin et François Devaud sur le trajet retour). Le voilier franchit la ligne d’arrivée mais n’est pas classé. Victoire du 6 m JI Sylphe.

    1966

    Première participation d’un catamaran

  • Décès d’André Firmenich et fin (momentanée) de la longue lignée des Ylliam (onze voiliers).

    1965

    Seconde victoire consécutive du 6 m JI Diane.

  • Horace Julliard s’adjuge définitivement le premier challenge Bol d’Or avec Marie-José II, barré par Henri Copponex

    Henri Copponex est également le premier barreur suisse à avoir remporté une médaille olympique (J.O. de Rome, 1960).

    1963

  • Le 8 m JI Marie-José II, propriété de Horace Julliard, remporte sa cinquième victoire, devant le surprenant 6,50 Nausicaa d’André Mercier.

    1962

    31:54:49 Record de lenteur! Marie-José II, Horace Julliard

  • Première course en moins de douze heures, par Ylliam IX, d'André Firmenich barré par Louis Noverraz en 11h04’57’’.

    Le 5,5 m JI l’Insoumise coule peu après le départ.

    1956

    11:04:57 nouveau temps de référence, qui tiendra jusqu’en 1982!

  • Victoire d’Ylliam VII, d’André Firmenich, barré par le légendaire Louis Noverraz

    Photo: © Musée du Léman

    1953

    Première participation d’un catamaran (qui ne termine pas la course)

  • 50 participants enregistrés.

    Première course en moins de vingt heures, par Glana, 8mJI, de Henri Guisan en 16h25’45’’.

    1950

  • La Société Nautique de Genève succède au Yacht Club de Genève, et organise le Bol d’Or pour la première fois.

    Première victoire d’un 8mJI, Glana de Henri Guisan, fils du Général Guisan, en 21h17’30’’.

    Le Yacht Club de Genève n'est pas celui que l'on connait aujourd'hui, mais le descendant de la Société d'Encouragement à la Navigation de Plaisance.

    1949

    Première victoire du voilier Glana, qui en remportera huit!

  • Première victoire d’une femme, Riquette Thévand, à bord de Vega.

    Il faudra attendre 2010 pour assister à nouveau à la victoire d’une femme, Dona Bertarelli.

    1944

  • Madame Madeleine Bigar remplace à la barre de Borée II son mari Pierre, mobilisé par la guerre.

    Elle se classe deuxième dans le sillage de Louis Noverraz.

    Photo: © Musée du Léman

    1940

  • Première édition sous le nom du Tour du Lac des Faces Pâles

    26 participants à cette course, créée par Pierre Bonnet. Ylliam IV, de Fred Firmenich, barré par le grand talent de l’époque Louis Noverraz, remporte la victoire.

    1939

    23h08’34’’ premier temps de référence du Bol d’Or, établi par Ylliam IV de Fred Firmenich

Top